Avertir le modérateur

Affiche

  • Pin it!

    Millésime 2017 pour les Vins d’Alsace ...

    Imprimer

    Millésime 2017 pour les Vins d’Alsace :

    UN RAISIN SAIN ET EN PETITE QUANTITE

     

    Le CIVA a fait procéder, en lien avec l’AVA, l’IFV, la Chambre d’agriculture d’Alsace et l’EPLEFPA aux prélèvements pour les prévisions de récolte 2017.

    Cette évaluation quantitative s’appuie sur les travaux de modélisation établis par l’INRA de Colmar : elle se base cette année sur un réseau de 200 parcelles représentatives de l’encépagement, des spécificités pédoclimatiques alsaciennes et de l’état sanitaire du vignoble. 

    | L’impact des accidents climatiques est confirmé |

    A l’instar d’autres vignobles français, l’Alsace connaitra une petite récolte en 2017.

    L’ensemble des cépages et l’ensemble des régions viticoles alsaciennes sont touchées, mais de façon plus marquée, les secteurs les plus précoces et les secteurs touchés par les épisodes gélifs des 20-21 avril derniers. 

    Selon notre modèle de prévision de récolte, l’estimation de récolte s’élève à 855 000 hl.

    Ce chiffre est cependant qu’un estimatif et peut encore évoluer en fonction des conditions météorologiques à venir, la campagne étant loin d’être à son terme.

    Autre point de vigilance à respecter :

    du fait du contexte exceptionnel de ce printemps, il n’est pas exclu que celui-ci n’ait pas introduit un certain biais dans les sorties d’un modèle dont la robustesse est basée sur le scénario climatique moyen.

    | Des explications que l’on trouve dans les facteurs météorologiques 2016 et 2017 |

    Pour 2017, le premier facteur explicatif de cette faible récolte reste l’épisode de gel dans la nuit du 20 au 21 avril 2017 où la température a baissé aux alentours de – 6°C occasionnant une gelée noire impactant environ 4500 ha du vignoble.

    Cela se constate aujourd’hui à travers un faible nombre de grappes par souche, du fait principalement de la destruction des rameaux primaires. 

    Hormis cet épisode de gel, les conditions du millésime 2016 participent également à cette faible récolte.

    En effet, le printemps 2016 fut marqué par de fortes précipitations sur le 1er semestre, équivalent à une année complète de pluie. L’initiation florale qui se réalise l’année n-1, au moment de la floraison, est fortement dépendante de la température et la luminosité, ces deux derniers ont été en déficit au moment de la fleur impactant de ce fait la fertilité de 2017.

    Toujours en 2016, une vendange particulièrement étalée et une chute des feuilles précoces n’ont pas permis une accumulation de réserve optimale pour les vignes

    Mais 2016 est surtout un millésime fortement impacté par les maladies du bois rendant non productif 14 % du vignoble en moyenne, sans compter les complants ou autres pieds manquant (source : Observatoire des maladies du bois IFV).

    | Retour sur le millésime 2017 |

    Après un mois de janvier 2017 froid et sec, les conditions climatiques enregistrées sont douces et battent au passage certains records de chaleur. Le débourrement est précoce (6 avril en moyenne sur le vignoble). Après l’épisode de gel, les vignes se développent correctement amenant une floraison observée le 6 juin 2017.

    La floraison a été rapide de l’ordre d’une semaine.

    A noter que pendant la période de développement végétatif, une période plus fraiche a occasionné du filage et de la coulure.

    Au niveau protection du vignoble, le printemps chaud et sec n’a pas permis au mildiou et à l’oïdium de s’installer dans les vignes. Début juillet, le vignoble est sain. Un facteur de satisfaction en perspective pour ce millésime ... ce contexte troublant fait d’ailleurs penser certains anciens vignerons au millésime de 1947, connu pour avoir été le millésime du siècle...

    Du point de vue des marchés, heureusement que le millésime 2016, satisfaisant en volume et surtout d’une excellente qualité, a permis de reconstituer partiellement les stocks de bon nombre d’opérateurs alsaciens et de maintenir les vins d’Alsace sur un maximum de marchés, tant en France qu’à l’export. 

    Avec ce contexte 2017, l’Alsace n’aura donc pas profité longuement des bénéfices du millésime passé. Le niveau de stock théorique actuel, croisé avec le niveau prévisionnel de cette récolte, nécessitera une analyse fine de certaines opportunités commerciales pour pouvoir répondre aux demandes de l’ensemble des marchés. Mais pour rester pragmatique et selon un vieil adage vigneron, rappelons-nous que “ne pourra être réellement quantifié ce millésime que quand il sera rentré dans les caves”.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu