Avertir le modérateur

  • Pin it!

    Son Excellence Monsieur Yvan SOLTANOVSKY Ambassadeur de la Fédération de Russie auprès du Conseil de l’Europe? Au Cercle de la Cathédrale ...

    Imprimer

    Henri MATHIAN

    A tous les Membres et Amis du Cercle de la Cathédrale

    Chers Amis,

    Le 25 décembre 1991,

     

    Mikhaïl GORBATCHEV, père de la Glasnost et de la Perestroïka, quitte le pouvoir. Le lendemain l'URSS disparait. Dès lors la Fédération de Russie n’a de cesse de se rapprocher de l'OTAN.

    Manfred WOMER, secrétaire général de l'Alliance Atlantique déclare, devant les députés soviétiques : « Je suis venu à Moscou avec une proposition très directe de coopération. Le temps de la confrontation est terminé. L'hostilité et la méfiance du passé doivent être enterrées. Nous voyons votre pays, et tous les autres pays de l'ancienne Organisation du pacte de Varsovie, non plus comme adversaires mais comme partenaires ».

    En 1994, Moscou signe le programme du Partenariat pour la paix de l'OTAN.

    Le 28 février 1996, la Fédération de Russie entre au Conseil de l’Europe, puis ratifie, en mai 1997, un accord de coopération mutuelle avec les Etats-Unis. Viennent ensuite l’intégration dans l’OTAN puis dans l’UE des ex-pays membres du pacte de Varsovie, à l’époque non refusée par Moscou, qui conforte même sa coopération avec les Occidentaux avec des exercices militaires communs et l’ouverture d'un point de transit de l'OTAN à Oulianovsk afin de faciliter l'acheminement des matériels US vers le front afghan.

    La Russie joue le jeu d’une ouverture à l’Ouest.

    Andrei KOZYREV envisage un rapprochement des structures militaires de la CEI* de celles de l'OTAN et espère que la Russie va très vite intégrer le Conseil de l'Europe et l'Union européenne. Cette politique pro-occidentale est appuyée par la société russe et l’excellente image de l'Occident perçue comme une force amicale. GORBATCHEV déclare alors à Strasbourg : « l’Europe est notre maison commune ». François MITTERRAND soutient la constitution d’une Union Paneuropéenne.

    En 1998, dans une économie en transition, une terrible dépression touche la Russie, avec une crise financière majeure, un défaut sur la dette, une dévaluation brutale du rouble et une baisse dramatique des revenus. Elu en mars 2000, Vladimir POUTINE, favorise alors une libéralisation maximale de l'économie et une transition rapide des systèmes politiques, judiciaires et administratifs, il multiplie les signes d'ouverture vers les Etats-Unis et plaide en faveur d'une coopération plus étroite avec l'Union européenne, son premier partenaire économique. Il fait acte de candidature à l'OMC et affirme que la Russie appartient à la culture européenne occidentale.

    Arrivé en 2001, George W. BUSH s'était fixé de garder la Russie dans le camp occidental afin qu’elle ne se rapproche pas de la Chine. Par contre, avec la disparition de la menace soviétique, le Pentagone perdait une partie de la raison d’être de son immense complexe militaro-industriel avec un budget de la défense de 600 milliards ( contre 60 du côté russe ).

    La suite passe par l’invasion de l'Irak en mars 2003, le soutien à l'Ukraine et à la Géorgie dans leur volonté d’adhérer à l’OTAN, le soutien à l'indépendance du Kosovo, le bouclier anti-missiles, un dispositif exceptionnel de surveillance et d’interception positionné le long des 2500 km de frontière russe avec une gigantesque base US à Redzikowo, une nouvelle course aux armements avec la ‘‘ Prompt Global Strike’’ ( une Amérique qui veut rester seule maître du jeu et fait en sorte que Chine et Russie n’aient pas les moyens de suivre ) enfin les chaos libyen, syrien et yéménite.

    • L’extension de la sphère d’influence de l’OTAN se rapproche dangereusement de celle de la Fédération de Russie ! Le risque est de voir se rapprocher Moscou de Pékin, ce qui va totalement à l’encontre de l’intérêt des Européens.
    • Que s’est-il passé depuis 2001 ?
    • Où se trouve aujourd’hui notre maison commune ?
    • Qu’en est-il du concept gaulliste d’un monde multipolaire et de lutte contre l'hégémonie ?
    • Qu’est devenu l’axe Paris-Berlin-Moscou qui s'était opposé à l'intervention militaire américaine en Irak ?
    • Quel est l’état des relations de la Fédération de Russie avec le Conseil de l’Europe ?
    • Existe-t-il un espoir pour le rétablissement des droits de la délégation russe à l’APCE ?
    • Le Conseil de l’Europe est-il un outil apprécié par les Russes et que leur a-t-il apporté ?
    • Quel est le sens et l’avenir du Conseil de l'Europe pour la Russie ?
    • Comment donner corps au projet de partenariat entre l’Union Européenne et l’Union Economique Eurasiatique **?
    • Quels sont les changements profonds actuellement à l’œuvre dans les relations internationales ?
    • Les réactions négatives de ‘‘ l’Occident Collectif ’’ pourraient-elles remettre en cause l’adhésion de la Russie et, si oui, quelles en seraient les conséquences ?

     

    Pour aborder ces questions, le Cercle de la Cathédrale est heureux d’accueillir

    Son Excellence Monsieur Yvan SOLTANOVSKY


    Ambassadeur de la Fédération de Russie auprès du Conseil de l’Europe

    le jeudi 18 Octobre 2018 à 19 H 30
    à l’Hôtel Cathédrale
    Place de la Cathédrale à Strasbourg

    Diplômé de l’Institut d’Etat des Relations Internationales de Moscou en 1977, S.E. M. Yvan SOLTANOVSKY a rempli différentes fonctions au Ministère des Affaires Etrangères en tant que diplomate au Pakistan et en Inde de 1977 à 1993. Puis il a été Conseiller de la Mission permanente de la Fédération de Russie auprès de l’OSCE en Autriche. En 2000, il devient Directeur Adjoint du département du désarmement et de la sécurité de la Fédération de Russie. Puis en 2003, il est nommé Représentant permanent adjoint de la Fédération de Russie auprès de l’OTAN à Bruxelles.

    En 2009, il prend la direction du Département de la Coopération Paneuropéenne du Ministère des Affaires Etrangères. Enfin, au mois d’octobre 2015, il est nommé Représentant permanent de la Fédération de Russie auprès du Conseil de l’Europe.

    * Lors du sommet d'Alma-Ata, le 21 décembre 1991, la CEI ( Communauté des Etats Indépendants ) dont les membres fondateurs sont la Fédération de Russie, l'Ukraine et la Biélorussie, s’est élargie à l'Arménie, à l'Azerbaïdjan, au Kazakhstan, au Kirghizistan, à la Moldavie, au Turkménistan, au Tadjikistan et à l'Ouzbékistan.
    **L’Union Economique Eurasiatique regroupe actuellement la Fédération de Russie, la Biélorussie, l’Arménie, le Kazakhstan, le Kirghizstan ( 20 millions de km²). Le Tadjikistan est candidat. Les Etats potentiels sont l’Ouzbékistan, le Turkménistan, la Mongolie, la Chine et l’Iran. Un Etat observateur, la Moldavie.



    Le Cercle de la Cathédrale

    fait le lien avec les Institutions Européennes et contribue au débat public dans les domaines économique, monétaire, social, politique et géopolitique.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu