Avertir le modérateur

état providence

  • Pin it!

    L’avenir de l’État-providence : les Européens comptent sur l’UE...

    Imprimer



    Enquête d’opinion européenne

     

    L’avenir de l’État-providence :

    les Européens comptent sur l’UE

     

    Entre ses 28 États membres,

    l’Union européenne présente plusieurs types d’États-providence.

    Pourtant, les citoyens européens sont sur la même longueur d’ondes

    quand on les interroge sur

    leurs opinions,

    leurs espoirs et

    leurs attentes en matière de protection sociale.

    Le rôle que l’UE doit jouer

    est particulièrement important pour eux.

     

    Gütersloh, 10 novembre 2015

     

    Les citoyens européens s’inquiètent au sujet de la fourniture de prestations et de services et de la durabilité de l’État-providence dans leur pays.

    Ils s’inquiètent tout particulièrement pour les retraites et les soins pour les personnes âgées.

    En revanche, ils envisagent l’avenir des services de la petite enfance, de l’enseignement, de la formation professionnelle et des allocations chômage avec plus d’optimisme.

    Le fait de voir l’UE jouer un rôle plus actif pour encourager des réformes socio-politiques et garantir la solidarité financière entre les États membres suscite beaucoup d’espoir.

    Il s’agit des résultats d’une enquête d’opinion comparative menée dans huit États membres de l’UE par sept think tanks et fondations en Europe, notamment par l’Institut Jacques Delors et la Fondation Bertelsmann.

     

    De façon surprenante, les citoyens européens expriment des opinions semblables dans le cadre de l’enquête. La plupart des personnes interrogées sont pessimistes sur l’état de la protection sociale en 2050. En général, les craintes sur la retraite et les pensions prévalent sur toutes les autres inquiétudes. Dans chacun des huit pays examinés, entre 51 pourcent et 70 pourcent des personnes interrogées craignent que l’État-providence ne soit pas en mesure de garantir le paiement des retraites d’ici à 2050. Entre 40 pourcent et 63 pourcent considèrent que les soins pour les personnes âgées sont menacés, tandis qu’entre 37 pourcent et 59 pourcent craignent que les allocations chômage ne soient pas suffisantes à l’avenir. Le scepticisme est bien plus élevé concernant les soins de santé (32 %-52 %), les services de la petite enfance (31 %-37 %) et l’enseignement et la formation (18 %-44 %).

     

    Augmenter les cotisations ou diminuer les prestations ?

     

    Les citoyens européens sont divisés sur les méthodes pour garantir les avantages et les services sociaux à l’avenir.

    - Dans la moitié des pays examinés, la plupart des citoyens sont prêts à payer plus d’impôts et à augmenter leurs cotisations de sécurité sociale afin de maintenir les niveaux actuels de protection sociale.

    C’est le cas de pays économiquement solides comme:

    • la Finlande :
    • (56 %), le Royaume-Uni
    • (50 %) et l’Allemagne
    • (48 %).

    - Dans les pays moins stables sur le plan budgétaire, l’essentiel des citoyens préfèrent une baisse des prestations qu’une hausse des cotisations.

    C’est le cas:

    • en France (51 %),
    • en Pologne (49 %),
    • au Portugal (47 %),
    • en Belgique (47 %) et
    • en Italie (43 %).

     

    L’UE en tant qu’avocat des citoyens et que garant de la protection sociale

     

    Lorsqu’il s’agit de garantir des normes de protection sociale, les citoyens européens comptent sur l’UE.

    Dans chacun des pays examinés, la majorité (entre 63 % et 86 %) des personnes interrogées souhaitent que l’UE fixe des normes minimales de protection sociale à respecter dans chaque État membre.

    La plupart des personnes interrogées (entre 52 % et 78 %) soutiennent également l’idée que l’UE fasse pression sur chaque État membre pour mettre en œuvre des réformes nécessaires dans ce domaine.

     

    De plus, l’UE devrait garantir des transferts financiers des États membres riches vers les pauvres.

    Cette idée est soutenue non seulement par les citoyens des pays bénéficiaires nets faibles sur le plan budgétaire, mais également par ceux des pays contributeurs nets (Allemagne 62 %, Royaume-Uni 54 %).

    Les experts de la Fondation Bertelsmann sont étonnés du large consensus observé dans toute l’Europe, notamment en ce qui concerne le rôle de l’UE dans la politique de protection sociale et les attentes de l’État-providence. Il convient en particulier de noter le soutien élevé exprimé au Royaume-Uni (qui prévoit d’organiser un référendum sur le fait de rester ou non membre de l’UE) à l’idée que l’UE joue un rôle plus actif dans la politique sociale.

     

    Aart de Geus, président de la Fondation Bertelsmann, conclut :

    « Les citoyens européens ont identifié les défis à venir pour l’État-providence.

    Compte tenu des effets du changement démographique, leurs craintes portent essentiellement sur les avantages et les services sociaux à mesure qu’ils vieillissent.

    Ils souhaitent que l’UE soit un solide partenaire pour garantir la sécurité sociale et la solidarité.

    L’idée n’est pas que l’UE remplace les politiques nationales de protection sociale, mais fasse en sorte de garantir la durabilité des systèmes de protection sociale et la mise en œuvre des réformes nécessaires, en évitant ainsi un nivellement par le bas de la protection sociale parmi les États membres ».

     

    A propos de l’étude :

    Cette enquête d’opinion européenne représentative a été réalisée en juillet et août 2015 par TNS Emnid (Bielefeld).

    Au total, 8 007 citoyens de huit pays européens ont été interrogés.

    L’étude a été commandée par le « Vision Europe Summit », un consortium de grands think tanks dans ces pays.

     

    Les partenaires sont :

    la Fondation Bertelsmann (Allemagne/Gütersloh), Bruegel (Belgique/Bruxelles), la Fondation Calouste Gulbenkian (Portugal/Lisbonne), la Chatham House (Royaume-Uni/Londres), la Compagnia di San Paolo (Italie/Turin), l’Institut Jacques Delors (France/Paris) et le Fonds d’innovation finlandais Sitra (Finlande/Helsinki). Ce réseau de think tanks et de fondations a été créé par la Fondation Bertelsmann en 2015 en vue de coopérer pour relever les enjeux européens. Ses membres se réuniront lors de la conférence d’inauguration du Vision Europe Summit (VES)

    à Berlin, les 17 et 18 novembre 2015.

    Le sujet de cette conférence de haut niveau sera l’avenir de l’État-providence social en Europe.

     

     ***

     

    Plus d’informations:

    www.vision-europe-summit.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu