Avertir le modérateur

alsace-kreta

  • Pin it!

    Créations récentes de R.E. Waydelich. Rappel: vernissage vendredi 18 février 2011...

    Imprimer

    ALSACE-KRETA

    CRÉATIONS RÉCENTES DE R.E. WAYDELICH

    ***

    NDLR:

    (R.E.W a enterré des objets du XXième siècle, place de la cathédrale de Strasbourg, sous une plaque commémorative, destinée aux archéologues du futur...)

    ***

    STRASBOURG/ALSACE – RÉTHYMNON/CRÈTE

    FOUILLES RÉCENTES DE MUTAROTNEGRA – 3790 APRÈS J.-C.

    MUSÉE ARCHÉOLOGIQUE

    *** 

    Dossier de presse

    FOUILLES RÉCENTES DE MUTAROTNEGRA – 3790 APRÈS J. C.

    MUSÉE ARCHÉOLOGIQUE DE LA VILLE DE STRASBOURG, 19 FÉVRIER - 31 MAI 2011

     ***

    1. INFORMATIONS PRATIQUES PAGE 2

    2. LE PROJET PAGE 3

    3. RAYMOND-ÉMILE WAYDELICH : UN PARCOURS ARTISTIQUE PAGE 4

    EN COMPAGNIE DE LYDIA JACOB ET… DE HEINRICH SCHLIEMANN

    4. DES LIENS PRIVILÉGIÉS AVEC LE MUSÉE ARCHÉOLOGIQUE PAGE 6

    De Grubierf à Mutarotnegra…

    Alsace-Kreta » : une nouvelle collaboration avec le musée

    5. LISTE DES VISUELS

    ANNEXE : Interprétation « archéologique » des objets figurant

     PAGE 8

    sur les visuels par les archéologues de l’an 3790 après J.-C.

    ***

    1

    1. Informations pratiques

    Musée Archéologique de la Ville de Strasbourg

    Lieu :

    Musée Archéologique de la Ville de Strasbourg

    Palais Rohan - 2, place du Château, 67076 Strasbourg Cedex

    Tél. 03 88 52.50.00

    Horaires :

    Le lundi, mercredi jeudi et vendredi de 12h à 18h

    Le samedi et le dimanche de 10h à 18h

    Fermeture le mardi

    Fermé le 1er Janvier, Vendredi Saint, 1er Mai, 1er

    et 11 novembre et le 25 décembre.

    Accueil des groupes :

    Réservation obligatoire auprès du Service Éducatif des Musées de la Ville de Strasbourg.

    Tél. : 03 88 52 50 50 (du lundi au vendredi de 8 h 30 à 12 h 30)

    Pour les visites scolaires, consulter la brochure des actions éducatives 

    ww.musees-strasbourg.eu/visites ,

     ateliers/ actions éducatives)

    Pour toute information :

     du lundi au vendredi, de 14 hà17h au 03 88 52 50 04

    Fax : 03 88 52 50 41.

    Prix d’entrée (la visite de l’exposition est comprise dans le billet d’entrée au musée) :

    Tarif normal : 6 euros

    Tarif réduit : 3 euros

    Gratuité :

    - moins de 18 ans

    - carte Culture

    - carte Atout Voir

    - carte Museums pass Musées du Rhin supérieur

    - carte Éduc’Pass

    - visiteurs handicapés

    - étudiants en histoire de l’art et en archéologie

    - personnes en recherche d’emploi

    - bénéficiaires de l’aide sociale

    - agents de la CUS munis de leur badge

    - pour tous, le 1er dimanche de chaque mois.

    Pass 1 jour : 10 euros, tarif réduit : 5 euros

    Pass 3 jours : 15 euros (accès à tous les musées de Strasbourg et à leurs expositions temporaires),

    tarif réduit : 10 Euros

    Museums Pass Musées - 1 an, 180 Musées : tarif individuel 73 euros ; tarif familial 127 euros (accès

    à plus de 180 musées en Alsace, Suisse et Allemagne).

    Catalogue :

    Un catalogue de 48 pages, abondamment illustré, accompagne l’exposition.

    2

    2. Le projet

    L’exposition « ALSACE-KRETA/ Fouilles récentes de Mutarotnegra - 3790 après J.-C. », initiée par

    l’association « Alsace-Crète » et soutenue par la Direction régionale des Affaires Culturelles d’Alsace,

    est née d’une active collaboration entre la ville de Réthymnon, située au nord de l’île de Crète, et la

    Ville de Strasbourg, mais aussi entre les Régions d’Alsace et de Crète. Elle s’inscrit dans le cadre de

    la coopération culturelle existant depuis de longues années entre le programme européen

    d’échanges artistiques « Apollonia » et le Musée d’Art contemporain de Crète.

    Après sa présentation à Réthymnon dans l’espace dédié de la Fortezza de Réthymnon entre mai et

    juillet 2010, l’exposition « Alsace-Kreta », conçue et réalisée par l’artiste alsacien Raymond-Émile

    Waydelich dans le cadre d’une résidence artistique croisée, est accueillie en 2011 dans les salles du

    Musée Archéologique de la Ville de Strasbourg, où elle dialogue avec les collections permanentes du

    musée.

    Cette sélection d’une quarantaine d’oeuvres est composée en majorité de céramiques et de

    sculptures en terre cuite et en bronze inspirées par le riche passé archéologique de la Crète et par

    son vaste bestiaire mythologique. Ces créations ont été réalisées par R.-E. Waydelich selon les

    techniques traditionnelles des céramistes crétois de Margarites au cours de ses nombreux séjours

    dans l’île et, plus particulièrement, à l’occasion d’une récente résidence d’artiste en 2008-2009. Sur

    des formes séculaires, l’artiste alsacien a développé un décor fait de formes peintes et plastiques

    largement inspirées de sa propre vision de l’histoire et de la mythologie crétoises.

    L’accueil de l’exposition à Strasbourg permet ainsi de renforcer davantage encore les liens entre

    Réthymnon et la Ville de Strasbourg et plus largement les échanges culturels entre l’Alsace et la

    Crète.

    -------------------------------------------------------

    Joëlle Pijaudier-Cabot

    Conservatrice en chef du Patrimoine,

    Directrice des Musées de la Ville de Strasbourg

    Commissaires de l’exposition :

    Bernadette Schnitzler, conservateur en chef du Musée Archéologique,

    En collaboration avec Jean-Claude Goepp, architecte.

    3 

    3. Raymond-Émile Waydelich : un parcours artistique en

    compagnie de Lydia Jacob et… de Heinrich Schliemann

    La liste des nombreuses manifestations artistiques et culturelles françaises et internationales

    auxquelles Raymond Waydelich a participé chaque année depuis 1974 est extrêmement vaste, tout

    comme sont nombreux les prix et les distinctions qu’il a reçus aux quatre coins du monde. Né en

    1938 à Strasbourg, c’est en 1964 qu’il réalise sa première exposition à Strasbourg, à la Galerie Arts

    et Antiquités. Elle est le début d’une longue série, qui le mène d’Allemagne (Pforzheim, Cologne,

    Reutlingen, Sindelfingen, Tübingen, Baden-Baden, Francfort, Karlsruhe, Berlin, Stuttgart...) en Suisse

    (Bâle, Chaux-de-Fonds, Olten, Zurich), en Italie, en Belgique (Liège), au Danemark (Copenhague), en

    Argentine (Cordoba), aux USA (New York, Dallas), au Japon (Tokyo), sans oublier la France (Paris,

    Cannes, Toulouse, Villefranche-sur-Saône...) et, bien sûr, l’Alsace, principalement à Strasbourg,

    Colmar et Mulhouse.

    C’est la découverte, au marché aux puces de Strasbourg, du journal d’une jeune apprentie couturière

    de Neudorf qui fait entrer en 1973 son auteur, Lydia Jacob, dans la vie de Raymond-Émile

    Waydelich ! Elle ne le quittera plus et depuis plus de quarante ans, c’est à elle que l’artiste a voué

    son oeuvre en une exploration quasi-archéologique de la vie de cette jeune Neudorfoise du siècle

    passé. Les boîtes-reliquaires qu’il lui dédie contiennent des fragments d’objets, des photos jaunies

    par le temps, des lettres soigneusement calligraphiées, des plumes, des objets divers comme autant

    de pièces d’un puzzle, témoins fragiles d’un passé disparu.

    Fasciné par l’archéologue Heinrich Schliemann, le célèbre découvreur de l’antique ville de Troie,

    Raymond Waydelich est aussi l’auteur, depuis plus d’une vingtaine d’années, d’une oeuvre inspirée

    en une vision très personnelle et poétique par une « archéologie du futur ». Il est ainsi devenu le

    créateur d’une série de « sites archéologiques » dont l’exploration développe une vaste réflexion sur

    notre monde d’aujourd’hui et ses errements :

    1978 : première expédition archéologique et découverte de l’Homme de Frédehof en 2000 après

    J.-C. Cette oeuvre, qui représentait cette année-là la France à la Biennale de Venise, est le premier

    jalon d’un vaste travail de mémoire où se mêlent présent et avenir, à travers le regard porté par

    l’artiste sur les traces de notre civilisation mises au jour par nos lointains descendants en 2000

    après J.-C.

    1981 : exposition consacrée à Lydia Jacob au Musée Zoologique de la Ville de Strasbourg

    1983 : deuxième expédition et découverte du site de Grubierf en 3500 après J.-C.

    L’« Environnement Tiefgarage » dans le cadre de la construction d’un parking souterrain au coeur de

    la ville de Fribourg-en-Brisgau (Allemagne) a fourni quelques années plus tard à Raymond Waydelich

    l’opportunité de recréer cette fois-ci un véritable site, celui de Grubierf, fossilisant un garage

    souterrain contemporain et les véhicules qui y sont garés sous l’épaisse poussière des siècles. Notre

    monde vu dans la perspective d’un observateur d’un lointain futur a permis à l’artiste de continuer à

    développer un propos original sur le devenir de notre civilisation détruite dans un grand cataclysme.

    Si la démarche est teintée d’un certain pessimisme, elle livre aussi un charme poétique, non dénué

    d’humour.

    1994 : L’Ile d’Orsi, 3720 après J.-C. correspond à la troisième expédition. Les découvertes ont été

    présentées au Centre d’Art plastique de Villefranche-sur-Saône.

    1995 : Mutarotnegra, 3790 après J.-C. Strasbourg et sa région, détruits par un cataclysme, sont

    redécouverts par une équipe d’archéologues qui explorent le site central de la ville en 3790 après

    J.-C. L’exploration du lieu, repéré grâce à l’émergence d’un élément architectural pointu en grès rose

    au-dessus des sédiments, aboutit à la découverte du Grand sanctuaire et du Palais princier voisin,

    qui pourrait avoir abrité l’ancien musée archéologique de la cité antique de Mutarotnegra.

    4

    2009-2010 : Alsace-Kreta : le projet actuel est né de la résidence d’artiste effectuée par Raymond

    Waydelich à Réthymnon en Crète sur les traces de la civilisation minoenne et de l’art traditionnel des

    céramistes crétois.

    Le nouveau « site archéologique » a été « mis au jour » en 3790 après J.-C. lors des toutes récentes

    fouilles menées sur une île proche du site de l’antique Mutarotnegra. Ce site spectaculaire a livré de

    nombreux « vestiges » qui sont présentés dans le cadre de cette exposition…

    5

    4. Des liens privilégiés avec le Musée Archéologique

    4.1 De Grubierf à Mutarotnegra…

    Ce projet est la troisième collaboration engagée entre l’artiste et le Musée Archéologique. La

    première exposition commune remonte à l’année 1984, avec la présentation du « mobilier

    archéologique » retrouvé lors du « chantier de fouille » de « Grubierf » en 3500 après J.-C. Ces

    nombreuses créations, conçues par R. Waydelich en parallèle à la réalisation du site du garage

    souterrain de l’Augustinerplatz de Fribourg, ont été présentées au public dans la salle d’expositions

    temporaires du musée, tout comme une authentique exposition d’actualité archéologique.

    En 1995, c’est la cathédrale de Strasbourg enfoui sous les sables d’un vaste désert qui est mise en

    scène pour l’exposition « Mutarotnegra ». Le nom de ce site est, comme pour Grubierf, tiré du nom

    antique de la ville de Strasbourg/Argentorate en lecture inversée. Un cataclysme a détruit la cité qui

    dort enfoui sous les sables et qui n’est plus localisée que par une flèche en grès rose finement

    sculptée celle de l’emblématique cathédrale de Strasbourg qui émerge des dunes environnantes.

    Là encore, les objets mis au jour par les archéologues du futur qui explorent la cité engloutie en

    3790 après J.-C. ont été intégrés dans un large parcours à travers les collections du Musée

    Archéologique.

    En parallèle à l’exposition « Mutarotnegra » et pour prolonger sa démarche, l’archéologue Raymond

    Waydelich décide aussi de faire un superbe cadeau aux archéologues du futur ! L’idée d’un « Caveau

    pour le Futur « est lancée et c’est ainsi qu’il réalise, en septembre 1995, avec la complicité de la Ville

    de Strasbourg et d’un vaste réseau d’amis, un nouveau « site », localisé cette fois-ci au coeur de la

    ville. Ont été enterrés, place du Château à deux pas de la cathédrale et en face du Palais Rohan où

    étaient présentées les découvertes « archéologiques » de Mutarotnegra, de nombreux objets,

    documents et messages constituant la mémoire de notre civilisation, destinés aux archéologues de

    l’an 3790 après J.-C. Une plaque en fonte, incrustée dans le sol de la place du Château, commémore

    l’événement et rappelle la présence de ce « caveau pour le futur », auquel s’est largement associée la

    population par des messages destinés aux archéologues du futur. Le caveau ne doit en effet être

    ouvert sous aucun prétexte avant 3790 après J.-C.

    Un second caveau, baptisé « Lessak », a été réalisé avec le même succès, en collaboration avec le

    Sepulkralkultur Museum et la Ville de Kassel (Allemagne) en 1997.

    4.2 « Alsace-Kreta » : une nouvelle collaboration avec le musée

    L’exposition « Alsace-Kreta » est aujourd’hui un nouveau jalon dans cette collaboration, en accueillant

    parmi les collections du Musée Archéologique des créations céramiques largement inspirées par la

    civilisation antique de la Crète et la période minoenne.

    La tradition céramique crétoise, ses formes et ses techniques, redécouverte avec les potiers crétois

    d’aujourd’hui a largement inspiré l’artiste. Ces céramiques, réalisées en coopération avec les

    céramistes Konstantinos Gallios de Margarites près de Réthymnon, et Jean-Marie Foubert de Treigny

    (France) sont toutefois largement revisitées et transformées au gré de la fantaisie créatrice de

    Raymond Waydelich et du dialogue fécond qui s’est instauré entre elles et l’artiste alsacien. Toutes

    ces oeuvres présentent sa vision personnelle de la mythologie et de l’histoire antique de la célèbre

    civilisation crétoise.

    Le Musée Archéologique y apporte sa participation en faisant voisiner et en confrontant ses vastes

    collections de céramiques antiques, du Néolithique à l’époque mérovingienne, avec les créations

    « crétoises » de l’artiste.

    6

    visuels:

    ’interprétation « archéologique » de ces visuels par les archéologues de

    l’an 3790 après J.-C.

     

    1. Raymond-Émile Waydelich : chat bleu et souris

    Céramique polychrome. H.: 48 cm L.: 46 cm D.: 42 cm.

    (Photo Christophe Fleurov)

    2. Raymond-Émile Waydelich : plat décoré d’un animal en relief assis sur un canapé

    Céramique polychrome. H. : 15 cm D. : 36 cm.

    (Photo Christophe Fleurov)

    3. Raymond-Émile Waydelich : animal fantastique tenant une arme de parade

    Bronze H.: 13 cm L. : 19 cm.

    (Photo Christophe Fleurov)

    4. Raymond-Émile Waydelich : relief rectangulaire polychrome en pierre à décor d’un animal et d’un

    vase

    Pierre savonneuse de Champenay. H. : 32 cm L. : 19 cm.

    (Photo Christophe Fleurov)

    5. Raymond-Émile Waydelich : statue de chien assis aux yeux verts

    Céramique. H. : 23 cm L. : 32 cm.

    (Photo Christophe Fleurov)

    6. Raymond-Émile Waydelich Oiseau « phénicien » porte-encens à décor d’un chien et d’un homme

    séparés par cinq petits personnages

    Céramique. H. : 33 cm L. : 28 cm.

    (Photo Christophe Fleurov)

    7. Raymond-Émile Waydelich : cruche à anse à décor de visage humain

    Céramique. H. : 22 cm D. : 22 cm.

    (Photo Christophe Fleurov)

    8. Raymond-Émile Waydelich : vase décoré

    Céramique. H. : 32 cm x 22 cm.

    (Photo Christophe Fleurov)

    9. Raymond-Émile Waydelich : assiette avec poisson et fourchette

    Céramique polychrome. H. : 5 cm D. : 35 cm.

    (Photo Christophe Fleurov)

    10. Raymond-Émile Waydelich : jarre de type « pithos » décorée d’un avion et autres motifs

    Céramique. H. : 80 cm D. : 45 cm.

    (Photo Christophe Fleurov)

    7 

    Annexe :

    Interprétation « archéologique » des objets figurant

    sur les visuels par les archéologues de l’an 3790 après

    J.-C.

    1. Représentations d’animaux domestiques (chat et souris ?)

    Céramique

    H. : 48 cm L. : 46 cm D. : 42 cm

    Les membres de l’aristocratie de KRETA semblent avoir possédé de nombreux animaux

    domestiques qui vivaient dans un secteur particulier de leurs palais. Deux d’entre eux sont

    représentés ici ; ils témoignent d’un art naturaliste d’une grande expressivité. Les spécialistes

    proposent d’y reconnaître un chat et une souris, deux animaux dont la domestication est bien

    attestée dans l’ancien monde.

    2. Plat décoré d’un animal assis sur un siège de couleur noire

    Céramique

    H. : 15 cm D. : 36 cm

    L’interprétation de cette figurine modelée, disposée de façon asymétrique dans la partie interne du

    plat, reste hypothétique. Aucun autre exemple n’a pu en être retrouvé à ce jour.

    Notez aussi la parfaite conservation des couleurs de cette belle céramique décorée.

    3. Animal fantastique tenant une arme de parade

    Statuette en bronze

    H. : 13 cm L. : 19 cm Ep. : 13 cm

    Le bestiaire créé par les bronziers de KRETA nous permet de mieux connaître les diverses divinités

    appartenant au panthéon originel de l’île. Ces figurines révèlent aussi un art naturaliste très sûr et un

    grand sens du modelé. Le sigle KRETA est gravé sur le socle, comme c’est le cas pour nombre de ces

    objets votifs, dont certains ont peut-être été destinés à l’exportation hors de l’île.

    4. Fragment de relief polychrome

    Pierre savonneuse sculptée en bas-relief

    H. : 32 cm L. : 19 cm Ep. : 3 cm

    Fragment de bas-relief provenant du décor d’une des salles du palais. Un quadrupède cornu, qui

    tente d’échapper à la foudre qui va s’abattre sur lui, se dirige vers un arbuste sortant d’un curieux

    pot tronconique. Cet animal fantastique est à interpréter comme un intercesseur entre les hommes

    et les plantes qui peuplent la terre et les funestes divinités de l’au-delà.

    5. Statue de chien assis, aux yeux verts

    Céramique

    H. : 23 cm L. : 32 cm Ep. : 21 cm

    Le chien a été, dès l’Antiquité, l’un des compagnons préférés des hommes. Cette sculpture en rondebosse

    illustre la domestication de l’animal par le premier roi de KRETA. Les yeux sont incrustés d’une

    pierre verte aux multiples reflets particulièrement précieuse, car importée de contrées très

    lointaines. Cette statue se dressait sans doute de part et d’autre de l’entrée du complexe palatial.

    6. Oiseau porte-encens

    Céramique

    H. : 33 cm L. : 28 cm Ep. : 16 cm

    Cet exemplaire présente un décor d’une grande complexité, dont l’interprétation se révèle délicate :

    le thème de l’homme associé à un chien est complété par la représentation de cinq petits

    personnages. Leur identité reste inconnue en l’état actuel des recherches.

    8

    7. Cruche à visage

    Céramique

    H. : 22 cm D. : 22 cm

    Ce vase cérémoniel est orné d’un visage humain à l’expression austère. On retrouve dans son décor

    les thèmes récurrents du guerrier combattant et du monstre cornu, très présents dans la phase

    ancienne de la civilisation de KRETA.

    8. Jarre décorée à double anse

    Céramique

    H. : 32 cm x 22 cm

    Un oiseau à long bec (oiseau migrateur ?) survole un char de forme archaïque dans lequel a pris

    place un personnage masculin faisant le geste de la salutation. On retrouve sur la partie externe de

    la lèvre, le terme ALSACE, déjà identifié sur d’autres céramiques provenant des couches

    archéologiques inférieures de la cité.

    9. Coupe à offrande ornée d’un poisson

    Céramique

    H. : 5cm D. : 35 cm

    Coupe à petite lèvre arrondie, rappelant les banquets cérémoniels qui se déroulaient à divers

    moments de l’année : elle évoque de façon symbolique l’offrande d’un poisson ; une dédicace à la

    divinité suprême de KRETA est lisible sur la bordure du vase.

    10. Jarre de type « pithos » à décor complexe

    Céramique

    H. : 80 cm D. : 45 cm

    Le décor de ce « pithos » se compose de trois registres superposés où l’on retrouve plusieurs thèmes

    décoratifs déjà identifiés. Le thème général semble être le voyage ; il évoque sans doute les relations

    économiques nouées par les habitants de KRETA avec les comptoirs commerciaux établis par la cité

    en des terres lointaines.

    9

    LISTE DES VISUELS :

    visible sur le site:

    WWW.MUSEES.STRASBOURG.eu  

     

     

    1.

     

     

     

    Raymond-Émile Waydelich : chat bleu et souris

    Céramique polychrome. H.: 48 cm L.: 46 cm D.: 42 cm.

    (Photo Christophe Fleurov)

    2.

     

     

     

    Raymond-Émile Waydelich : plat décoré d’un animal en relief assis sur

    un canapé. Céramique polychrome. H. : 15 cm D. : 36 cm.

    (Photo Christophe Fleurov)

    3.

     

     

     

    Raymond-Émile Waydelich : animal fantastique tenant une arme de

    parade. Bronze H.: 13 cm L. : 19 cm.

    (Photo Christophe Fleurov)

    4.

     

     

     

    Raymond-Émile Waydelich : relief rectangulaire polychrome en pierre à

    décor d’un animal et d’un vase. Pierre savonneuse de Champenay. H. : 32

    cm L. : 19 cm. (Photo Christophe Fleurov)

    7.

     

     

     

    Raymond-Émile Waydelich : cruche à anse à décor de visage humain

    Céramique. H. : 22 cm D. : 22 cm. (Photo Christophe Fleurov)

    8.

     

     

     

    Raymond-Émile Waydelich : vase décoré. Céramique.

    H. : 32 cm x 22 cm. (Photo Christophe Fleurov)

    5.

     

     

     

    Raymond-Émile Waydelich : statue de chien assis aux yeux verts

    Céramique. H. : 23 cm L. : 32 cm.

    (Photo Christophe Fleurov)

    6.

     

     

     

    Raymond-Émile Waydelich Oiseau « phénicien » porte-encens à décor d’un

    chien et d’un homme séparés par cinq petits personnages.Céramique

    H. : 33 cm L. : 28 cm. (Photo Christophe Fleurov)

    10.

     

     

     

    Raymond-Émile Waydelich : jarre de type « pithos » décorée d’un

    avion et autres motifs. Céramique. H. : 80 cm D. : 45 cm.

    (Photo Christophe Fleurov)

    9.

     

     

     

    Raymond-Émile Waydelich : assiette avec poisson et fourchette

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu