Avertir le modérateur

associatif

  • Pin it!

    SOS Education: dernier jour pour faire un don pour 2016....et savoir pourquoi ....

    Imprimer



    Claire Polin 
     

    Pour faire un don à l'association d'intérêt général SOS Éducation et bénéficier de la réduction d’impôt de 66% sur vos revenus 2016, il ne vous reste qu'aujourd'hui !

    Je dois vous le préciser car certains pensent, à tort, qu’ils pourront faire un don par Internet à SOS Éducation, en janvier, et nous demander de le comptabiliser en 2016 : malgré toute la sympathie et la gratitude que j’ai pour votre générosité, ce n’est pas possible.

    Alors profitez de la défiscalisation à 66 % en cliquant dès maintenant sur ce lien :
    soseducation.org/dons

    Comme vous, je reçois de nombreuses sollicitations. Nous sommes obligés de choisir les combats que nous voulons soutenir. Et je sais que l’avenir de l’école compte pour vous.

    L’école doit donner aux élèves les moyens de réfléchir par eux-mêmes

    Quand vous entendez des enfants dire que le drapeau bleu, blanc, rouge les gêne parce que c’est le drapeau du Front National, quand vous entendez des étudiants de sciences politiques réduire l’Histoire de France à la traite négrière et à la collaboration, est-ce qu'il n'y a pas un problème de fond à résoudre ?

    Alors les basses manipulations de la carte scolaire par la ministre de l’Éducation actuelle pour essayer de créer artificiellement du « vivre-ensemble », en contraignant les familles à envoyer leurs enfants dans des établissements-ghettos qu’elles n’ont pas les moyens de fuir, me révoltent.

    Pendant un siècle, l’école a su intégrer les populations d’où qu’elles viennent, leur donner l’amour de la France, leur faire partager notre fierté d’être français. Les ministres de l’Éducation n’avaient pas besoin de faire des gesticulations médiatiques, car l’école transmettait les principes même de la République, par l'exemple, de l’intérieur. Et l’ascenseur social marchait. Voilà l’ambition que devrait avoir la ministre de l’Éducation nationale !

    Encore faudrait-il se remettre en question…

    Mais, non : il faut croire que quand on est idéologue, on l’est jusqu’au bout. Les premiers à souffrir de l’égalitarisme forcené, ce sont les plus pauvres, comme on l’a vu cette année avec la réforme honteuse du collège. On se gargarise de viser 80% de bacheliers… mais on empêche les meilleurs élèves des milieux défavorisés de s'en sortir par les classes européennes ou les langues anciennes, on les empêche de relever la tête : « sois pauvre et reste-le ; on s’occupe de rabaisser les autres. »

    Et que dire des 40 % d’élèves de 6e qui ne sont pas capable des plus simples opérations mathématiques ?

    Et que dire des 120 000 quasi-illettrés qu’on laisse partir de l'école sans qualification professionnelle chaque année ?

    Pour que cela change, vous pouvez dès aujourd'hui faire entendre votre voix en soutenant SOS Éducation, cliquez ici:

    soseducation.org/dons

    Qui, si ce n’est NOUS ?

    Alors pour être franche avec vous, oui, je comprends ceux qui sont tentés de baisser les bras. À SOS Éducation cette année, j’en ai rencontré presque tous les jours, de ces parents et grands-parents d’élèves effondrés, de ces professeurs qui n’en peuvent plus de ramer à contre-courant et qui me disent : « Madame Polin, c’est cuit, vous devriez jeter l’éponge. »

    Savez-vous ce que je réponds ?

    Je réponds que je n’abandonnerai jamais le combat, parce que vous êtes à mes côtés. Avec ces dizaines et ces centaines de milliers de personnes généreuses, dévouées,

      • qui relaient nos prises de position,
      • qui se mobilisent pour faire signer nos pétitions à leurs proches,
      • qui nous écrivent des témoignages et des lettres pour nous encourager,
      • qui se privent parfois pour nous envoyer un don alors qu’ils ne jouissent que d’un modeste salaire, ou d’une petite retraite.



    Je réponds que, dans ces heures difficiles pour l’école, votre soutien nous permet de tracer un chemin, de proposer des solutions, de soutenir des initiatives afin que la situation change.

    Jugez-en par vous-même :

    Cette année encore, nous avons envoyé plus d'un million deux cent mille courriers postaux afin d'alerter l'opinion publique sur ce qui se passe dans les établissements scolaires.

    Nous avons inondé le gouvernement de pétitions, intenté des recours en justice, arraché la réécriture de programmes et de textes de loi.

    Nous avons formé des centaines de professeurs aux méthodes d'enseignement les plus solides lors de nos ateliers au siège de l'association, semaine après semaine.

    Nous avons rencontré des responsables politiques de tous bords, qui sont de plus en plus nombreux à reprendre nos propositions, à commencer par le vainqueur de la Primaire de la droite et du centre, François Fillon, et il y en aura d'autres.

    Nous avons publié des ouvrages de réflexion sur l'école, des manuels pour aider les professeurs, des révélations qu'aucun autre éditeur n'osait prendre le risque de faire paraître, comme L'Agonie de l'école, ce témoignage choc signé par un inspecteur qui, après 25 ans d'exercice, a décidé qu'il ne pouvait plus se taire.

    Tout ceci a pu être réalisé grâce au soutien de nos généreux donateurs ; et il y aurait tant d’autres choses dont je voudrais les remercier !

    Mais aujourd’hui, je vais simplement me permettre de vous demander : pour cette fin d’année, puis-je aussi compter sur vous ? Pensez-vous, comme moi, que le combat vaut toujours d’être mené ?

    Le combat doit être mené maintenant !

    Si tel est le cas, alors c’est maintenant que vous pouvez agir, en nous soutenant par votre don, le plus généreux possible.

    N’oubliez pas que, si vous êtes imposable sur le revenu, vous pourrez déduire de votre impôt 66% du montant de votre don. Ainsi, un versement de 100 euros, par exemple, ne vous « coûte » en réalité que 34 euros… en revanche, il faut nous soutenir avant le 31 décembre pour pouvoir déduire votre don de vos revenus 2015 !

    Peut-être vous demandez-vous ce que pèse une association comme la nôtre face à l’énorme tâche de redressement de l’école qu’il faut accomplir. Je vous répondrai franchement : si je vous écris aujourd’hui, c’est parce que chaque soutien est décisif.

    • Avec 30 euros, par exemple, nous pouvons imprimer un millier de pétitions, qui seront déposées sur le bureau du Ministre, voire même sur celui du Président de la République. • Avec 50 euros, nous pouvons former un professeur pendant une demi-journée entière afin qu’il puisse à son tour mieux transmettre son savoir à ses élèves. • Avec 100 euros, nous pouvons toucher plus de 20 000 personnes sur les réseaux sociaux, qui eux-mêmes pourront mobiliser leurs réseaux de proches et d’amis. • Avec 500 euros, nous pouvons mettre en place une année de soutien scolaire dans l’une de nos antennes régionales, avec une équipe de membres de SOS Éducation qui accompagneront des élèves en difficulté pour leur redonner les fondamentaux.

     
     ***
     
     



    Vous le voyez, il n’y a pas de « petit » don : à SOS Éducation, vous pouvez compter sur nous pour faire feu de tout bois et utiliser chaque euro que vous nous donnerez pour nous mobiliser sans jamais rien lâcher, au service de l’école et de tous les élèves !

    Nos enfants et petits-enfants ne pourront résoudre aucun des défis gigantesques qu’ils devront affronter dans les années à venir si le système éducatif continue à fabriquer un million d’illettrés à chaque nouveau quinquennat.

    Or, c’est ce qui s’est produit et c’est ce qui se produira encore une l’année prochaine, si l’Éducation nationale n’est pas réformée très vite, et en profondeur. Dans les prochains jours, le ministre Najat Vallaud-Belkacem, va lancer une nouvelle série de réformes scolaires.

    Nous devons marquer des points tout de suite, même si c’est difficile.

    Alors je compte sur vous :

    soutenir notre combat est certainement une des meilleures choses que vous pouvez encore faire en 2015 !

    En vous remerciant à nouveau pour votre fidélité, je vous souhaite, ainsi qu’à tous ceux qui vous sont chers, une excellente fin d’année.

     

    Claire Polin


    Présidente de SOS Éducation

    PS :

    Pour conserver une totale liberté de parole, SOS Éducation n'accepte aucune subvention publique, et ne dépend que de la générosité de ses sympathisants. Vous pouvez donner directement et de manière sécurisée sur notre site.

    Mais si vous souhaitez nous adresser un don par chèque, libellez-le à l'ordre:

    de SOS Éducation d’ici 2 jours et adressez-le au 120 bd Raspail, 75 006 Paris.

    Vous recevrez un reçu fiscal vous permettant de déduire 66 % du montant de votre don de vos impôts. D'avance merci.






    OUI, je soutiens les actions de SOS Éducation et je deviens membre à part entière de l’association

     
    SOS Éducation
    Association Loi 1901
    d’intérêt général
    habilitée à recevoir
    des dons et des legs

    (Loi ESS du 31/7/2014 art.74).

    120 boulevard Raspail
    75006 Paris, France
    Tél. : 01 45 81 22 67
    Fax : 01 45 89 67 17


    facebook sepfacebook septwitter
    Le montant de vos dons est déductible à 66% de votre impôt sur le revenu (limite : 20% de votre revenu imposable).

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu