Avertir le modérateur

audio-guide

  • Pin it!

    Les pères de l'Art Moderne en France et en Allemagne ...

    Imprimer

    COMMUNIQUE DE PRESSE

    Nos modernes

    Cézanne. Miró. Matisse. Kirchner. Beckmann. Klee.

    30 avril - 3 octobre 2011

    Bâtiment principal

    La Staatliche Kunsthalle de Karlsruhe:

     

    ... propose une exposition à partir de son fonds propre

    qui rassemble une sélection impressionnante de pièces maîtresses issues de la collection

    d’art moderne.

     

    Plus de deux cents oeuvres (peintures, sculptures, dessins et gravures)

    appartenant aux principaux courants de l’époque, de l’Impressionnisme et du Cubisme

    français jusqu’au constructivisme et à l’Art concret en passant par l’Expressionnisme

    allemand, sont présentés dans l’espace d’exposition du bâtiment principal. Le parcours nous

    fait rencontrer les artistes les plus marquants de la première moitié du

     

    XXe siècle et permet

    de visualiser clairement la diversité artistique de cette époque passionnante.

     

    Le visiteur part à la rencontre tout d’abord des peintres impressionnistes dont Claude Monet,

    Camille Pissarro ou Edgar Degas, puis de ceux qu’on a appelé les « pères de l’art

    moderne » et en particulier Paul Cézanne, Paul Gauguin et Henri Matisse.

     

    Les innovations fondamentales qui devaient caractériser la peinture moderne étaient visibles dès cette

    époque : ne cherchant plus à reproduire la réalité extérieure, l’artiste considère de plus en

    plus son oeuvre comme une réalité autonome ; formes et couleurs ne viennent plus illustrer

    un sujet déterminé, mais développent au contraire avec virtuosité une vie qui leur est propre.

    Diverses oeuvres majeures du Cubisme et de l’Orphisme – notamment une

     

     

    Tour Eiffel « éclatée » de Robert Delaunay – annoncent la fin de la représentation picturale

    traditionnelle. La mise en résonance de tableaux, dessins et sculptures dus à Fernand

    Léger, Georges Braque, Juan Gris, Amedeo Modigliani et Jaques Lipchitz permet de

    comprendre comment a émergé en ce temps-là une vision différente de l’espace fondée sur

    la nouvelle appréhension du monde liée aux découvertes scientifiques révolutionnaires

    autour de 1900.

    2

    L’influence sur les artistes allemands des innovations formelles opérées par les artistes

    français est particulièrement palpable dans le travail de Franz Marc et en particulier dans les

    Chevreuils dans la forêt

     

     

    .

    Les oeuvres admirables et sensibles de cet artiste sont valorisés

    dans un cabinet séparé.

     En les confrontant avec les productions de ses compagnons du

    mouvement :

     

     

    Der Blaue Reiter (le Cavalier bleu) – notamment l’Improvisation 13

    de Wassily

    Kandinsky et

     

     

    Au Bord du lac bleu

    d’August Macke –, on peut à loisir observer les parentés et

    les différences entre les artistes de l’un des courants les plus importants de l’avant-garde

    allemande.

     

    Les salles suivantes sont consacrées au mouvement

     

     

    Die Brücke

    , particulièrement bien représenté à la Kunsthalle de Karlsruhe.

     Quasi-contemporains de ceux du

    Blauer Reiter

    , les protagonistes de ce courant ont exprimé de diverses manières leur conception de l’art

    moderne.

     

    Deux tableaux d’Ernst Ludwig Kirchner :

     

     

    Danseuse de variétés et

    Autoportrait du peintre

     sont des exemples symptomatiques de la démarche d’un art qui vise à rendre le

    mouvement et la spontanéité tout en utilisant la puissance de la couleur pure. On appréciera

    également ici une sélection remarquable de dessins et d’estampes d’Erich Heckel, Emil

    Nolde et Otto Mueller.

     

    Après la rupture occasionnée par la Première Guerre mondiale, les artistes européens se

    sont détournés de l’Expressionnisme et ont privilégié un style aux formes plus sobres qui,

    dans la peinture allemande, devait donner naissance à la

     

     

    Neue Sachlichkeit

    Nouvelle Objectivité.

    Particulièrement prisé des peintres ayant étudié à l’Académie de Karlsruhe, ce

    style très bien représenté à la Kunsthalle aborde toute une gamme de sujets : autoportraits

    et natures mortes (Alexander Kanoldt), scènes de la vie quotidienne (Karl Hubbuch),

    chômage et paupérisation (Georg Scholz). Dans cette section de l’exposition, on remarquera

    tout particulièrement

     

     

    Les Sept Péchés capitaux

    , un tableau d’Otto Dix faisant incontestablement partie des oeuvres majeures de l’artiste.

    On sait que plusieurs mouvements artistiques sont apparus en parallèle au

     

    XX siècle et que

    cette époque se caractérisait par le chevauchement de styles ostensiblement différents.

    C’est ainsi que la « révolution surréaliste » commencée en 1925 est aussi représentative des

    Années folles que la

     

     

    Nouvelle Objectivité

    .

    La Kunsthalle possède tout un ensemble d’oeuvres

    de Max Ernst illustrant le Surréalisme de l’entre-deux-guerres.

     

    Trois tableaux datant de la période la plus productive de l’artiste, ainsi que des oeuvres de Juan Miró et d’Yves Tanguy

    rendent compte du rôle fondamental de l’inconscient et des rêves dans la production des

    artistes de l’époque.

    3

    Toujours dans les années 1920, divers artistes allemands ont cherché à réaliser une

    symbiose entre architecture, peinture et arts décoratifs. C’est pourquoi l’exposition consacre

    un espace entier à plusieurs membres du Bauhaus (Lyonel Feininger, László Moholy-Nagy,

    Oskar Schlemmer, Paul Klee…), ainsi qu’à d’autres artistes ayant évolué dans la même

    mouvance (Erich Buchholz, Naum Gabo).

     

    L’itinéraire permet également de rencontrer des oeuvres majeures d’artistes modernes fondamentaux

    n’étant affiliés à aucun mouvement particulier :

    Max Beckmann, Oskar Kokoschka, Willi Baumeister, Wilhelm Lehmbruck, Otto

    Freundlich.

     

    L’exposition « Nos modernes » s’organise ainsi autour d’artistes ayant contribué d’une

    manière décisive au renouveau des Beaux-arts dans les premières décennies du

     

     

    XXe siècle.

     

    Elle s’achève par un regard sur l’après-guerre, période représentée par des oeuvres de Jean

    Dubuffet, Yves Klein et Georges Baselitz qui, jusqu’à l’heure actuelle, n’ont rien perdu de

    leur pouvoir novateur.

     

    Commissaire de l’exposition :

    Dr. Alexander Eiling, conservateur en chef du

    département « art moderne et contemporain »,

    assisté de Juliane Betz, historienne de l’art

     

     

     

    P

     

    UBLICATIONS

    À l’occasion de l’exposition, la Kunsthalle de Karlsruhe publie un ouvrage en langue allemande de six

    cents pages consacré aux oeuvres du XX

     

    e siècle présentes dans ses collections.

    On y trouvera plus de six cents oeuvres dues à quelque trois cents artistes brièvement présentés.

    La Kunsthalle publie également un guide d’art moderne en langue allemande pour les enfants réalisé

    par Britta Borger.

     

    Staatliche Kunsthalle Karlsruhe, Hans-Thoma-Str. 2-6, D-76133, www.kunsthalle-karlsruhe.de

    ***

     

    Informations pratiques

    Nos modernes

    Cézanne. Miró. Matisse. Kirchner. Beckmann. Klee.

    Dates Du 30 avril au 3 octobre 2011

    Lieu Staatliche Kunsthalle Karlsruhe

    Hans-Thoma-Straße 2-6

    D-76133 Karlsruhe

    (Centre ville, proche du château)

    Tél. : + 49 721 / 926 33 59

    E-mail : info@kunsthalle-karlsruhe.de

    www.kunsthalle-karlsruhe.de

     

    Heures d’ouverture

     

     

    Du mardi au vendredi 10h-17h

    Samedi et dimanche et jours fériés 10h-18h

    Fermé les lundis, sauf lundi le 3 octobre

    (Fête nationale allemande)

     

    Prix d’entrée

     

     

    Tarif normal / réduit 6,00 € / 4,00 €

    Carte famille : 10,00 €

    Entrée gratuite pour les détenteurs du Pass musées,

    enfants et scolaires

    Visites guidées publiques

     En langue française :

     

     

    les samedis 14 mai, 18 juin,

    16 juillet, 20 août, 17 septembre, 1

     

    er octobre à 14h

    Tarif : 2,00 €

     

    En allemand :

     

     

    les samedis et dimanches à 15h

    Lundi de Pâques (25 avril), ascension (jeudi, 2 juin), lundi

    de la Pentecôte (13 juin), Fête Dieu (jeudi, 23 juin), Fête

    nationale allemande (lundi, 3 octobre) à 15h

    Tarif : 2,00 €

     

    Audioguides

     

     

    Disponibles en langue allemande et française (2,00 €)

     

    Accueil des groupes

     

     

    Réservation indispensable auprès du Service éducatif.

     

    Des visites guidées sont proposées en langue allemande et

    française pour adultes et scolaires.

    Tél. : + 49 721 / 926 33 70 (de 14h à 17h)

    E-mail:

     

    muse@kunsthalle-karlsruhe.de

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu