Avertir le modérateur

bedos

  • Pin it!

    A l'heure de l'internet, la Censure est plus présente que jamais dans les médias ...

    Imprimer

    Avant, la Chine et d'autres pays limitaient l'accès à internet,

    à présent tous les médias

    sont touchés par l'auto-censure généralisée

    du "politiquement correct"

    imposé par les associations...

    ***

    coeurs poubelle.jpg

    Robert Ménard

    On n’ose plus braver la censure

     

    Robert MénardIl a animé pendant vingt ans l’association Reporters sans frontières qu’il avait fondée, défendant sur tous les fronts la liberté des journalistes.
    Aujourd’hui directeur de la revue "Médias", il a publié (en 2003) un livre intitulé
     "la Censure des bien-pensants" avant de raconter ce que fut sa bataille contre la censure chinoise dans "Des libertés et autres chinoiseries", en 2008.
    Robert Ménard fut porté en triomphe par ces mêmes médias qui le dénoncent aujourd’hui, pendant que quelques sites Internet font de lui la cible d’attaques ignobles.
     Pourquoi ?
     Il s’en explique pour "Valeurs actuelles".

    Où en est la liberté d’expression?

     En France, tout le monde est “pour” mais chacun ajoute : “sauf…”.

     On a remplacé ce que fut la censure de l’Église aux siècles anciens, ou la censure d’État, par celle des associations.

    Chaque lobby, chaque sensibilité, chaque communauté se crée ainsi un espace où il est désormais impossible de parler librement.

    Des coalitions d’intérêts se sont constituées, qui, chacune dans sa “niche”, entendent faire la loi.

    À quoi s’ajoute une judiciarisation générale.

    Chaque fois que vous prononcez un mot qui n’a pas l’heur de plaire à tel ou tel, on vous menace des tribunaux.

    D’où l’effet d’autocensure : la seule menace d’un procès fait de vous un paria, vous êtes disqualifié et vous finissez par perdre toute liberté.

    Le plus surprenant est que les médias se soient à ce point mis de la partie…

    Comme les journalistes ne veulent pas prendre le risque de choquer tel ou tel, d’avoir des soucis avec tel ou tel lobby, l’autocensure qu’ils pratiquent est bien plus puissante que toutes les pressions économiques ou politiques.

    Un exemple :

    responsable des Éditions Mordicus, je viens de publier un livre intitulé Peut-on tout dire ? avec Dieudonné et Bruno Gaccio.

    Avant que ce dernier n’accepte, nous avons eu les pires difficultés à trouver un contradicteur à Dieudonné : des “grandes gueules” comme Bedos ou Tapie ont refusé de figurer en couverture par peur de se compromettre.

    Des libraires ont même affirmé qu’ils ne vendraient pas ce livre et qu’ils envisageaient de boycotter la maison d’édition !

    Dieu sait si je ne partage pas les idées de Dieudonné, mais l’ostraciser n’arrange rien !

     Les journalistes qui aiment tant dénoncer les pouvoirs se transforment à leur tour en censeurs au petit pied : l’un a le droit de parler, tandis que tel autre ne le “mérite” pas.

     La France a pourtant besoin de débats, y compris entre points de vue extrêmes : c’est cela qui renforce la cohésion nationale.

    Quels sont donc les sujets qui ont provoqué ces attaques contre vous ?

    Il y en a deux.

    D’abord, sur Paris Première, j’ai expliqué, à propos du projet de diffusion dans les écoles d’un dessin animé sur deux petits poissons homosexuels, que ce genre de débat me semblait prématuré en classe primaire.

    J’ai ajouté que, en tant que parent, je préférerais que mes enfants ne soient pas homosexuels…

    Évidemment, si l’un d’eux l’était, je ne l’aimerais pas moins.

    Mais la vie est suffisamment compliquée pour leur souhaiter des difficultés supplémentaires… Que n’avais-je dit ?

    J’ai immédiatement reçu un tombereau d’injures, on a publié mon adresse sur Internet, menacé ma femme.

    Quant à ceux qui étaient d’accord avec moi, ils m’ont conseillé de ne plus aborder le sujet.

    On m’a même demandé des excuses publiques : mais s’excuser de quoi?

    Un mois plus tard, au micro de France Inter, j’ai affirmé à propos de la peine de mort que son application à un criminel comme Dutroux ne m’aurait pas vraiment empêché de dormir…

    Ajoutant que j’en ai assez de voir classer l’humanité en deux catégories : les gentils opposés à la peine de mort et les barbares de l’autre côté.

    Là encore, un déluge.

    J’avais, il est vrai, aggravé mon cas en affirmant, à propos de l’Église et du mariage des prêtres, que la modernité ne me semblait pas être une valeur en soi…

    N’avez-vous pas l’impression que cet état de censure ne cesse d’empirer ?

    Personne n’ose plus s’y opposer.

    Même les mots sont pipés.

    Vous ne devez plus dire “Noir” mais “Black” ou même “non- Blanc”…

     Désormais, chacun se pose en victime.

     C’est la loi des groupes de pression. Les politiques en ont peur et les médias abdiquent.

    Après tout, la formule d’Éric Zemmour était peut-être à l’emporte-pièce, mais enfin, il avait bien le droit de le dire !

    François d Orcival

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu